Premier anniversaire : silence, ça avance !

Cela va bientôt faire un an que j’ai débuté ce projet de blog. L’anniversaire est facile à retenir puisque c’est l’irruption du premier confinement dans nos vies qui m’avait décidée à ouvrir un carnet pour rendre compte de l’avancée de mon travail sur ces archives familiales. Un peu moins de douze mois plus tard et alors que j’ai peu publié sur ce blog ces derniers mois, il est temps de faire un petit bilan !

Description des cartes postales dans Tropy

L’une de mes motivations à l’ouverture d’un blog de type carnet de recherche est venue du fait que je me suis rapidement rendue compte qu’il me faudrait des années avant de présenter un quelconque résultat. Entre l’idée qui m’était venue de créer un site vitrine qui permettrait à ma famille de naviguer dans ces images et ces documents, et la réalisation finale, il y a beaucoup de grandes étapes qui nécessitent du temps. Pour les cartes postales, par exemple, après la numérisation, dont j’ai déjà parlé dans mon dernier billet en septembre 2020, vient le classement, l’indexation, la transcription pour certaines, puis la mise en place d’une plateforme de consultation et la réflexion sur la valorisation. Il y en a pour des dizaines voire des centaines d’heures de travail ! Et tout ceci avance sûrement… mais lentement.

Saisie du livre de comptes de la première guerre dans Google Sheet

A l’heure actuelle, sur ce projet des Vieux Papiers, je jongle entre trois fronts :

  1. Celui de la description et l’indexation des cartes postales à l’aide du logiciel Tropy, qui me permet de centraliser les annotations et de regrouper facilement recto et verso. J’identifie les lieux représentés, je date, j’étiquette, etc. C’est un gros chantier qui n’a pas beaucoup avancé depuis la fin du printemps 2020 : en tout, j’ai traité, avec une précieuse aide extérieure, à peine 150 des 990 cartes ;
  2. Celui de la transcription du journal de 1917, qui avance bien mais par a-coups. Initialement débuté sur le logiciel d’HTR Transkribus, j’ai finalement basculé sur la plateforme eScriptorium au cours de l’été 2020. C’est un chantier que je mène petit à petit, une image à la fois puisqu’il me faut parfois près d’une heure pour transcrire une page (certaines sont très très denses). J’ai déjà transcrit 38 pages sur les 66 qui comportent du texte, et c’est toujours très intéressant à lire en parallèle de la situation inédite que nous vivons un siècle plus tard ;
  3. Et enfin celui de la saisie du carnet de comptes des années de guerre que j’ai à peine débutée. Ici, je n’en passe pas par la numérisation : le carnet est en bon état (je peux donc le feuilleter) et la numérisation m’a paru laborieuse. Je me contente de saisir les postes de dépenses et les sommes… dans une feuille Google Sheet.
Aperçu de la transcription du journal de 1917 avec eScriptorium

Ce sont trois fronts pour lesquels je n’utilise donc pas les mêmes outils, mais je reviendrai prochainement sur mes choix méthodologiques et logiciels puisqu’il y a matière à s’attarder et qu’après tout, c’est l’objet de ce blog !

La portion de mon temps libre que je comptais dédier au projet des Vieux Papiers a été absorbée ces derniers mois par un autre travail : celui du classement des notes généalogiques de mon grand-père. On parle ici d’au moins 34 classeurs mêlant documents d’archives plus ou moins anciens (on remonte jusqu’au XVIIe siècle !), notes de travail, transcriptions/traduction, photo(copie)s, etc. C’est une autre famille de vieux papiers, dont plusieurs concernent les Sabouraud protagonistes de ce blog et ainsi que leurs ancêtres, qui me conduit à voyager de la Saintonge au Haut-Rhin, en passant par le Fort Sutter en Californie et le Bordelais !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.