Campagne de numérisation des cartes postales

Il y a un an, à une époque qui semble aujourd’hui à des années-lumière, j’étais en pleine campagne « maison » de numérisation de la collection de cartes postales. Je dis « campagne maison », car il s’agit bien de cela : une numérisation en masse, sans vrai cahier des charges pré-établi, et surtout avec les moyens du bord !

Équipement

Au travail, je suis souvent amenée à manipuler des documents qui ont été soit numérisés par un prestataire ou le service interne d’une institution – avec un très bon équipement donc ; soit pris en photo par des chercheur·ses ou des stagiaires avec leurs propres appareils ou celui de leur laboratoire, dans les conditions d’une consultation en salle de lecture, en bibliothèque ou en centre d’archives.

De mes précédentes expériences avec ce genre de document, pour la transcription automatique ou la publication en ligne, je savais qu’il était important de faire attention à l’éclairage, au cadrage et à la résolution des images. Cela peut sembler être du bon sens, mais croyez-moi, j’ai vu des choses qui font froid dans le dos !

Pour mon projet, je souhaite publier la collection de cartes postales en ligne, éventuellement pouvoir en réaliser des impressions sur grand format et ne pas exclure l’utilisation de technos de machine learning pour la classification automatique des images ou bien même pour la création de données de vérité-terrain pour entraîner des modèles de transcription capables de traiter ce genre d’écriture.

Comme je travaille « avec les moyens du bord », j’ai testé plusieurs solutions parmi celles qui n’impliquaient pas l’achat d’un matériel spécial (ni d’achat tout court) : photographier les cartes postales une par une à l’aide d’un appareil photo type compact ou bridge ou d’un smartphone, avec ou sans utilisation d’une ScanTent, ou encore utiliser un simple scanner à plat.

Je liste ici les références des appareils de prise de vues essayés – des appareils dont je disposais chez moi ou que l’on m’a prêtés :

  • Samsung A5 2016 (13 mégapixels)
  • Sony Cyber-shot DSC-W800 (20,1 mégapixels)
  • Nikon D3330 (24,2 mégapixels)
  • Canon PIXMA MG2550S (résolution max : 600 x 1200 dpi)

Notez que j’aurais pu investir dans un scanner portable, qu’utilisent beaucoup de visiteur·ses assidus des salles de lecture, ou encore dans un scanner vertical, dont le prix reste encore à la portée de la bourse d’un particulier.

RETEX sur les différents appareils

Les deux appareils photo et le smartphone posaient plusieurs problèmes : sans trépied, je n’avais pas la possibilité de conserver une distance constante entre l’objectif et la carte postale, et le manque de stabilité réduisait la netteté de l’image. En plus, je n’étais pas en mesure d’installer un système d’éclairage suffisant pour éviter l’ombre portée de ma propre main ou de l’appareil sur la carte postale. Dans certains cas, la luminosité avait même un impact direct sur la netteté de l’image, au point qu’il était presque impossible de lire le texte qu’elle comportait.

Un trépied et une lampe bien disposée auraient sûrement fait l’affaire pour améliorer visiblement les résultats, mais je n’en avais pas. Par contre, j’avais à ma disposition une scanTent1 , un dispositif de prise de vues qui prend la forme d’une petite tente sur laquelle une plateforme percée permet de poser un téléphone portable et de prendre des photos à la chaîne. Un tel dispositif a notamment pour objectif de régler le problème de l’éclairage, de la stabilité et de la constance du cadrage2 .

La scanTent est bien conçue pour des documents de type livre ou registre3 , mais elle ne fonctionne pas très bien pour les cartes postales et ce que je souhaitais faire avec. En effet, sauf à agir sur le zoom, on ne peut pas modifier la distance entre le document et l’objectif, la hauteur de la tente étant fixe. Or, dans le cas d’une carte postale, on n’a pas besoin de prendre beaucoup de recul : avec la scanTent, j’obtenais donc une image où moins de la moitié de la surface photographiée correspondait à mon document.

Pour ajouter à ces déconvenues, la plateforme est ainsi faite qu’on ne peut pas utiliser un appareil photo classique, que ce soit un bridge ou un compact4 . En étant réduite à utiliser mon smartphone, j’obtenais une image assez médiocre. Pourtant, la puissance de l’appareil photo de mon smartphone est à peu près dans la moyenne haute de celles des smartphones les plus vendus en France en 2019.

Enfin, pour en finir avec les problèmes que j’ai rencontrés avec l’option « appareil photo / smartphone », une partie des cartes postales est légèrement bombée. Cela ajoute des ombres sur l’image en plus de distordre les traits. À moins d’en passer par un long processus préalable d’aplatissement des images, dont je ne suis pas sûre qu’il aurait été couronné de succès, j’aurais donc eu sur mon image la trace des poids (ou doigts) utilisés pour maintenir la carte à plat au moment de la prendre en photo. En plus de ne pas être très élégant, cela aurait eu pour conséquence de cacher une partie, même minime, du document.

Pour toutes ces raisons, mais aussi parce qu’elles supposaient de traiter chacune des cartes postales une par une, j’ai finalement opté pour un scanner à plat grand public. C’est incompatible avec des documents lourds ou trop fragiles à manipuler comme les livres, mais pour les cartes postales cela convenait bien, en plus de résoudre le problème de l’éclairage et l’aplatissement des documents. Les images obtenues en bout de course sont de très bonne résolution : on y voit même plus de détails qu’à l’œil nu.

Numériser avec un scanner à plat

J’ai réalisé plusieurs sessions de travail en suivant les étapes suivantes :

  1. Placer, en les espaçant, 3 à 4 cartes postales côté recto sur la vitre ;
  2. Lancer la numérisation ;
  3. Récupérer 3 à 4 fichiers images grâce à la fonction de découpe automatique du logiciel QuickMenu qui vient avec la Canon MG2550S ;
  4. Vérifier la réussite de la numérisation et corriger l’orientation des images avant de les sauvegarder ;
  5. Retourner les cartes postales sur le côté verso et recommencer.

Quelques considérations de temps

Le temps passé à la numérisation des sources historiques lorsqu’elle ne fait pas l’objet d’une prestation externalisée est souvent mal documenté. J’ai voulu profiter de mon travail avec les cartes postales pour faire attention à cet aspect du processus.

Comme je l’ai indiqué précédemment, j’ignorais combien de cartes postales j’allais traiter et j’avais naïvement estimé en avoir environ 400. Par ailleurs, je travaillais chez moi, avec un bon espace de travail, soit debout devant l’imprimante et mon ordinateur, soit assise, en essayant de travailler aussi efficacement que possible. J’ai maximisé les tâches réalisées en temps caché, en profitant par exemple du temps de sauvegarde des fichiers pour retourner les cartes postales ou en installer de nouvelles. D’un autre côté, il m’arrivait de mal placer les cartes postales et de devoir recommencer si la découpe automatique était trop mauvaise.

Sur une période s’étalant sur 3 mois, j’ai passé au total « 7 jours »5 à la numérisation. J’aurais pu réaliser cette tâche plus lentement, et sur une période beaucoup plus longue, mais, pour la petite histoire, j’avais emprunté l’imprimante-scanner d’un ami et souhaitais la lui rendre le plus tôt possible !

Date de la session Durée approximative comprenant le temps d’installation
Nombre de cartes postales numérisées
18 août 2019 3 ½ heures 103
19 août 2019 7 heures 323
26 août 2019 2 heures 82
7 septembre 2019 2 ½ heures 64
22 septembre 2019 6 heures 144
12 octobre 2019 4 heures 160
13 octobre 2019 2 ½ heures 120

Les données de ce tableau ont été reconstituées rétrospectivement à partir des métadonnées des images.

Pour 996 cartes postales (soit 1992 fichiers), j’ai passé un total de 27,5 heures devant un scanner. Cela représente une cadence d’environ 36 cartes postales traitées en une heure. Et en toute honnêteté, comparé au temps que je vais passer sur le traitement des images ensuite, c’est peu ! Notons au passage que sans la fonctionnalité de découpe automatique des images (qui n’est pas parfaite), j’aurais certainement doublé ce temps.

Teasing

La manière dont j’ai optimisé le temps de la numérisation en travaillant par lots signifie qu’en fin de traitement, je possédais deux fichiers pour chaque carte postale, l’un correspondant au recto, l’autre au verso, mais sans qu’ils soient rangés par paires et en continu.

Comme rien ne ressemble plus au dos d’une carte postale que le dos d’une autre carte postale, et afin de reconstituer les paires de fichiers pour chacune des cartes postales sans avoir à renommer tous les fichiers ou à créer autant de dossier que de cartes postales6 , j’ai utilisé le logiciel Tropy7 pour documenter les liens entre les fichiers. La description de ma méthode de travail avec ce logiciel, qui ne se limite pas au couplage des rectos avec les bons versos, fera l’objet d’un prochain billet !

  1. https://readcoop.eu/scantent/ []
  2. Kévin Champougny a rédigé un article de blog présentant la manière dont il s’en est servi dans le cadre du projet de recherche TIME US : https://timeus.hypotheses.org/567 []
  3. Avec l’application DocScan, la prise de vue se déclenche quand on tourne les pages. []
  4. Il faudrait pour cela que le trou dans la plateforme soit plus large pour qu’on puisse y loger l’objectif sans risquer une installation bancale. []
  5. Je trouve que les chercheurs ont la mauvaise manie de compter en jours alors que ça n’est finalement pas très parlant – au minimum cela renseigne sur le nombre de sessions de travail, mais pas sur le temps passé à réaliser la tâche. []
  6. Il s’agissait de deux options possibles. []
  7. https://tropy.org/ []

Cartes postales anciennes et semi-modernes

Pour voir la liste des documents présentés c’est ici.

La collection de cartes postales, par laquelle je termine cette longue présentation des documents, est l’ensemble qui a le plus rapidement attiré mon attention : les trois albums entre lesquels sont réparties les cartes occupent beaucoup de place, et une carte postale est par nature un objet qui attire l’œil.

Trois albums de cartes postales

Les albums sont à l’évidence anciens et abîmés mais ce sont de beaux objets, avec des couvertures en tissu évoquant des motifs de style art nouveau : deux motifs floraux identiques et un motif japonisant. À l’intérieur, les pages sont ornées de décorations imprimées à l’encre gris-vert du même style. La couleur des couvertures s’est certainement estompée, elle a peut-être été grise ou bleue ou même verte par le passé. Le tissu est très abîmé, attaqué par la moisissure par endroits.

C’était la première fois que je voyais ce genre d’albums de cartes postales. Ils sont pourtant légions sur les sites de revente d’objets anciens, et comportent presque tous les mêmes matériaux de fabrication, le même tissu bleu-gris et les mêmes décors floraux. En somme, une fois entré dans l’univers de la cartophilie, ces albums n’ont pas grand-chose d’exceptionnel. Pourtant, je n’ai pas réussi à trouver davantage de documentation sur l’éditeur de ces albums. Étant donné l’histoire de la pratique de la collection de cartes postales, en plein essor dans les premières décennies du XXe siècle, et le style des motifs, je doute peu que ces albums soient antérieurs aux années 1920.

Dans deux de ces albums, les cartes étaient parfaitement rangées, chacune trouvant sa place dans l’un des quatre emplacements prévus à chaque recto de page. Dans le troisième, les cartes étaient simplement glissées par paquets entre deux pages. En juillet 2019, lorsque j’ai emporté la collection de cartes à Paris, j’ai dû laisser derrière moi ces volumes qui étaient trop lourds, trop abîmés et trop poussiéreux. J’ai sorti toutes les cartes de leurs albums, tout en formant trois groupes de manière à pouvoir les remettre en place plus tard.

Panorama de la collection

Le contenu des albums est très hétérogène, avec des datations allant de la fin de la décennie 1880 jusqu’aux années 1950, bien qu’une majorité de la collection date d’avant 1920. Les cartes sont pour la plupart illustrées par des photographies en noir et blanc, avec des exceptions : des illustrations imprimées en quadrichromie ou bien des impressions sépia et même, rarement, des photographies insérées directement dans le carton. On y trouve beaucoup de paysages, mais aussi des portraits, des monuments, des reproductions de tableaux ou des reconstitutions dessinées d’événements historiques.

J’avais, rapidement, estimé que la collection rassemblait quelque 400 cartes. En réalité, après un long processus de numérisation sur lequel je reviendrai dans un prochain billet, il s’avère que le lot est constitué d’un total de près de 990 cartes.

Toutes n’ont pas été envoyées : une grande majorité a sûrement été achetée ou offerte sans passer par voie postale. Elles sont un peu difficiles à dater, faute de cachet, mais il existe des indices matériels sur lesquels s’appuyer : la mise en page (une ou deux zones) et la couleur du carton de recto (blanc, vert, rouge, etc.), les crédits apposés par l’éditeur qui datent parfois le clicher ou l’autorisation de diffusion accordée par l’autorité, etc. Sur plusieurs cartes, les timbres ont été arrachés, emportant au passage le cachet de la Poste qui permettait la datation.

Les cartes issues de correspondances sont adressées à divers membres de la famille Sabouraud (parfois aussi à des descendants ou à des proches). Elles n’ont donc pas toute le même destinataire – ce qui aurait permis d’identifier l’auteur ou l’autrice de la collection. Ceci laisse penser qu’il pourrait s’agir d’un album de cartes postales tenu en famille. Les nombreuses cartes italiennes pourraient avoir été rapportées par le fils aîné, Max, parti en campagne dans le nord de l’Italie durant la Grande Guerre. Peut-être Eugène Sabouraud rapportait-il lui aussi des cartes de ses déplacements.

Mosaïques de cartes postales, recto et verso
Aperçu des cartes postales numérisées

Perspectives

Cette collection m’inspire plusieurs projets :

  1. Dans un premier temps, il s’agirait de construire une visionneuse qui permettrait de découvrir les illustrations présentes dans la collection.
  2. J’aimerais par ailleurs analyser la correspondance en détail de manière à identifier les destinataires et, peut-être, les expéditeurs, ainsi que les relations entre eux.
  3. Il s’agirait aussi de lire, tout simplement, cette correspondance qui décrit, parfois en détail, des moments de vie.
  4. Enfin, je pourrais également m’amuser à croiser les paysages du début du siècle immortalisés sur ces cartes avec ceux d’aujourd’hui.

Ces projets supposent de numériser l’ensemble de la collection : pour pouvoir la présenter en ligne d’une part, et pour faciliter la lecture et la transcription d’autre part. Dans la perspective de construire une visionneuse, j’établirai une base de données qui permettra de croiser les cartes en fonction des lieux auxquels elles renvoient, des dates auxquelles elles ont été éditées et/ou envoyées, ou encore en fonction des personnes associées à ces cartes.

Le chantier sur la collection de cartes postales prend une grande ampleur pour une seule personne. C’est l’ampleur de ce travail, qui me prendra plusieurs années, qui m’a motivée à tenir ce carnet en ligne afin de garder le projet actif tout au long de sa réalisation.

 

Carnet de comptes et liasses de factures

Pour voir la liste des documents présentés c’est ici.

Comme la plupart des documents trouvés dans mes archives familiales, le carnet de comptes était tenu par Eugène Sabouraud. Le carnet est tout simplement intitulé « Recettes et Dépenses » et, en effet, on y trouve bien un inventaire des recettes et dépenses du ménage.

Chaque mois commence par un titre central (le mois courant), parfois en haut de page, parfois en milieu de page. À la fin de chaque page, les sommes des montants des colonnes « recette » et « dépenses » sont additionnées et reportées au début des colonnes de la page suivante. À la fin de chaque mois est réalisé un total, qui est lui-même reporté dans un récapitulatif des recettes et dépenses de l’année écoulée. À la fin du carnet, une double page est consacrée à un récapitulatif des dépenses et recette de toute la période couverte par le carnet.

Le carnet rend compte des sommes et de dépenses, dont le détail est plus ou moins approfondi, mais également de dettes ou créances inscrites « pour mémoire ».

Chaque page est organisée selon le mode suivant :

  • la première colonne indique la date du jour, le mois courant n’étant mentionné que dans le titre de la période, et l’année courante uniquement reportée au mois de janvier.
  • la deuxième colonne indique l’objet de la dépense/recette, complété parfois d’un calcul de plusieurs sommes ou du détail du prix unitaire d’un produit.
  • la troisième colonne est utilisée pour marquer les recettes
  • la quatrième colonne reçoit les dépenses

Eugène Sabouraud a choisi de rassembler recettes et dépenses sur une seule page en créant artificiellement une colonne recevant les sommes positives. Sur chaque page, donc, le mot imprimé « Recette » est méticuleusement rayé et reporté en tête de la colonne dédiée.

Parmi les motifs de dépenses/recettes, certains sont récurrents. En voici une courte liste : « A Suzanne, pour … » (c’est l’argent donné à sa femme) ; « Église » (on constate ainsi que la famille se rend à l’église tous les dimanches), « timbres-poste », « rapportés de Bordeaux » (où il voyage pour ses affaires), etc. En étudiant ce carnet de comptes, il va être possible de dresser un tableau des activités hebdomadaires de la famille, de ses habitudes de consommation, et des personnes avec qui elle fait affaire.

La période couverte est particulièrement intéressante puisque le carnet débute au mois de janvier 1913 et se termine au mois de décembre 1918. Je dispose donc d’une année de comptes « avant-guerre » et des comptes des quatre années de guerre (ce qui n’est peut-être pas un hasard1 ). Cela me permettra de réaliser des comparaisons et de voir à quel point la guerre impacte les habitudes du ménage qui se situe loin des zones de combat.

Carnet de compte : août 1914
Pages du carnet de comptes pour le mois d’août 1914.

Les micro-événements sont également dignes d’attention : par exemple, on se rend compte de l’irruption de la guerre dans les habitudes d’achat du ménage à la date du 19 août 1914 où 30 centimes de franc sont dépensés pour l’achat d’une « Carte de la guerre ». En outre, il va être possible de croiser ce « témoignage » laissé par Eugène Sabouraud avec celui de 1917 rédigé par sa fille Gilberte.

Le journal intime de 1917 n’est pas le seul document à mettre en lien avec ce carnet de compte. Je dispose en effet de plusieurs liasses de factures, rassemblées par postes de dépenses, pour les années 1912 et 1915. Ces liasses sont très rigoureusement rangées : tenues ensemble par des petits lacets rouges et classées selon les thématiques suivantes :

  • A. Alimentation
  • B. Habitation
  • C. Vêtements
  • D. Dépenses diverses
  • E. Dépenses professionnelles
  • F. Immeubles et mouvements de fonds

Les reçus de l’octroi sont nombreux dans ces liasses mais on y trouve également divers reçus fiscaux2 , des factures de gaz et d’électricité, et diverses factures pour des achats courants.

Plusieurs documents sont en mauvais état, l’encre est parfois trop effacée pour tirer quelque chose d’un formulaire par ailleurs tronqué, mais après une brève recherche dans les sommes engagées en 1915, il apparaît possible de retrouver les lignes correspondant aux factures dans le carnet de comptes.

Enfin, j’aurais l’occasion d’y revenir dans mon prochain billet, je dispose de plusieurs extraits de correspondances dans la collection de cartes postales, dont certaines sont envoyées durant la guerre. Je trouverais peut-être, là aussi, de quoi opérer des croisements avec ce carnet de comptes, notamment lorsque Eugène Sabouraud envoie de l’argent à son fils mobilisé.

Cette mise en correspondance n’est pas d’un énorme intérêt pour compléter les informations du carnet. En revanche, il me semble possible -et j’envisage cela comme un petit défi technique- de mettre en concordance certaines lignes de compte avec des factures ou des pages de journal, dans le cadre d’une interface de visualisation du carnet ! Mais ce sera un chantier pour plus tard..

Exemple d'interface de visualisation simultanée des factures et du contenu du carnet de comptes
Exemple d’interface de consultation du carnet de comptes et des documents liés
  1. Je n’exclus pas l’hypothèse d’un carnet de comptes mis au propre après la fin de la guerre afin de garder en mémoire cette période si particulière. []
  2. Par exemple un reçu fiscal faisant suite à la déclaration de la mort du chien que possédait Eugène Sabouraud et qu’il était obligatoire de signaler auprès de l’administration française. []

Agenda et Annuaire de 1920

Pour voir la liste des documents présentés c’est ici.

Le titre complet de ce volume est en réalité : Agenda et Annuaire de la Magistrature, du Barreau, du Notariat, des officiers ministériels et de l’enregistrement : France, Algérie, Colonies, n°74 (1920).

Comme l’annuaire de 1872, l’agenda-annuaire de 1920 appartenait à Eugène Sabouraud. J’y ai trouvé beaucoup plus de texte « d’origine » que dans celui de 1872 qui, comme je le présentais dans mon dernier billet, contient essentiellement des notes datant de 1917, rédigées par la fille cadette d’Eugène Sabouraud, Gilberte.

Dans la section « agenda » du tome de 1920, on trouve avant tout des brouillons de lettres liées aux affaires d’Eugène Sabouraud. Pour la plupart, ce sont des courriers destinés à des confrères ou a des clients (on peut suivre l’évolution de certaines affaires au fil des brouillons) mais certains courriers sont aussi adressés à son fils, Max, qui habite alors en région parisienne. La plupart du temps, les brouillons sont précédés de l’adresse et/ou du titre du destinataire, ce qui permet d’envisager un projet de reconstitution du réseau épistolaire révélé par cet agenda.

 

Eugène est âgé en 67 ans en 1920, je m’interroge donc sur le déroulé de la fin de sa carrière : outre la date de son décès en 1925, je n’ai pas d’information sur la vie d’Eugène Sabouraud passé 1901. Analyser les affaires qu’il traite en 1920, et croiser cela avec d’éventuelles archives trouvées aux Archives Départementales de Charente me permettrait d’en savoir davantage.

 

Outre le contenu manuscrit de cet agenda-annuaire, sa matérialité est intéressante (il est tout de même très abimé). Comme beaucoup d’annuaires administratifs, il est plein de publicités pour diverses fournitures, et il contient de nombreuses sections relatives aux textes de lois encadrant la reconstruction des territoires français après la Guerre.

J’ai conscience en outre que la section annuaire représente un intérêt pour des projets fondés sur l’analyse des réseaux administratifs et professionnels. C’est d’autant plus le cas que l’agenda fait partie d’une longue série de publications annuelles, puisqu’il en est le 74e volume. On trouve d’ailleurs sur Gallica les numérisations des années 1870 à 1912, presque sans interruption. Après avoir mentionné ce document sur Twitter en 2019, j’avais même reçu une demande de numérisation portant sur quelques pages de l’annuaire pour l’Algérie !

En 2019, j’ai en effet évoqué ce carnet sur Twitter car j’y ai trouvé, coincé entre la couverture et la page de garde, deux grandes photos panoramiques d’un défilé militaire sur lesquelles j’ai tenté d’en apprendre plus :

Malheureusement, à ce jour, mystère reste entier !

 

 

Journal des notaires de 1892

Pour voir la liste des documents présentés c’est ici.

À l’inverse du carnet d’écolier, cet annuaire-agenda de 1892 est sûrement l’un des documents les plus enthousiasmants de tout l’ensemble. Sachant qu’Eugène Sabouraud était avocat à Cognac depuis 1882, il aisé de l’identifier comme propriétaire original.

Les notes manuscrites sont toutes rédigées sur les pages de la section « agenda ». Celles de 1892 sont faciles à reconnaître car elles sont prises à l’encre. Il y en a pourtant peu de cette époque car l’essentiel du contenu manuscrit est rédigé au crayon sous la forme de notes en sténographie et de textes rédigés. Une lecture attentive de quelques pages permet de dater rapidement cette seconde époque d’écriture : 1917.

L’auteur, ou plutôt l’autrice, des notes de 1917 semble être Gilberte Sabouraud. Elle écrit en suivant les dates de l’agenda : le samedi 12 mars 1892, date où commencent les passages rédigés, lui sert ainsi à rendre compte de sa journée du lundi 12 mars 1917. Dans tout l’agenda, elle a d’ailleurs corrigé le nom du jour de la semaine pour qu’il corresponde à l’année 1917.

Photographie de Gilberte Sabouraud adulte
Gilberte Sabouraud

Dans ses notes, elle parle autant de l’actualité politique nationale et internationale que de son quotidien et de celui de sa famille. On y lit sa frustration lorsque l’armée allemande progresse ou bien au contraire son enthousiasme lorsqu’une percée alliée fait reculer le front, ou encore ses inquiétudes au sujet de son frère Max qui retrouve sa famille pendant ses permissions et sa surprise devant les révoltes russes d’octobre et l’arrestation de la famille impériale. Pour ma part j’ai encore beaucoup de pages à lire !

N’ayant jamais appris la sténographie, je ne suis pas encore parvenu à déchiffrer les nombreux passages en notes rapides. La manière dont ils s’articulent avec le reste des notes de 1917 n’est pas claire car il est évident qu’ils sont rédigés dans les espaces blancs laissés entre les notes rédigées. Datent-ils eux aussi de 1917 ?

Dans un premier temps, j’ai naïvement envisagé qu’il pouvait s’agir de passages « codés » complétant le reste du texte. J’étais vraiment très curieuse de savoir ce qu’ils contenaient ! En observant de plus près, j’ai repéré des séparations (un trait horizontal tiré sur la largeur de la page) signalant le début de nouveaux passages, par ailleurs numérotés. Cette numérotation n’est pas régulière sur tout le registre. En comparant les débuts de passage, je me suis rendu compte qu’il s’agissait tout le temps des mêmes symboles. J’ai donc fini par pencher pour l’hypothèse d’exercices de sténographie. Reste, pour le comprendre, à identifier quel système de sténographie est utilisé… pour apprendre à le lire !

Montage de trois extraites de notes sténo similaires
Sur ce montage, on voit qu’un même passage est répété plusieurs fois.

Pour mettre en valeur l’agenda et partager avec ma famille cet épisode de vie de mon arrière-grand-mère, je veux transcrire la totalité des notes manuscrites. Comme les pages et les marques de crayons à papier sont fragiles, j’ai choisi de commencer par les numériser. Cela facilitera au passage le travail sur les notes en sténo, que je vais pouvoir comparer plus rapidement. Pour la transcription, je vais tester des outils de transcription manuelle ou automatique ; une stratégie qui fera l’objet de futurs comptes-rendus !

Premier dépoussiérage : présentation des sources

Je vous propose de commencer par une présentation de chacun des documents/ensembles contenus dans ma boîte d’archives familiales, dont l’inventaire nous servira de table des matières :

Carnet d’écolier de 1866

Pour voir la liste des documents présentés c’est ici.

Ce carnet d’écolier est celui d’Eugène Sabouraud, qui en signe la couverture et la première page. L’encre se distingue à peine sur le fond rouge, mais on peut tout de même y lire : « Registre appartenant à Eugène Sabouraud ». La dernière ligne du carnet indique qu’il était tenu jusqu’au 4 janvier 1866. Eugène Sabouraud avait 12 ans.

Le carnet contient essentiellement des leçons et exercices relevant d’un cursus en humanités classiques : orthographe, analyse logique, lexicologie, narration. On y trouve aussi des exercices de maths. Le tout est ponctué de titres en lettres gothiques très personnalisées !

À ce stade du projet, je ne sais pas encore quoi faire de ce carnet : je connais mal le système scolaire français avant 1880, je n’ai pas d’informations sur le parcours scolaire d’Eugène Sabouraud avant son lycée à Angoulême, et transcrire l’ensemble des notes prises dans ce registre me semble aussi peu pertinent que d’en numériser la totalité…

Je ne m’occuperai de ce carnet que dans un deuxième temps, en me contentant pour le moment de lire les petites histoires surannées qu’il contient !

Exercice de narration intitulé "Bob, le chien des pompiers de Londres"
Exercice de narration intitulé « Bob, le chien des pompiers de Londres »

Un peu de doc’
Chervel, André. 2002. « Le baccalauréat et les débuts de la dissertation littéraire (1874-1881) ». Histoire de l’éducation, no 94 (mai). ENSL : 103-139. https://doi.org/10.4000/histoire-education.816.

Les protagonistes

Il me semble important d’entamer ce projet par une présentation des personnes qui ont produit les archives avec lesquelles je travaille. Je suis loin de tout savoir d’eux et le plongeon que je m’apprête à faire dans leurs papiers permettra d’en apprendre beaucoup plus à l’avenir.

Il s’agit en l’occurrence d’une cellule familiale charentaise assez simple :

  • François Eugène Sabouraud (1853-1925), le père, avocat ;
  • Anne Marie Marguerite Suzanne Sabouraud (1865-1933), la mère ;
  • Jean François Robert « Max » Sabouraud (1897-1980), le fils aîné ;
  • Anne Marie « Annie » Sabouraud (1898-1988) la fille cadette ;
  • Isabelle Marie Noelly Gilberte Sabouraud (1900-1986), la benjamine, mon arrière-grand-mère.


Voir en plein écran

Grâce au travail de mon grand-père et de son frère, je débute avec des données d’état civil précises et très utiles : les noms d’usage et surnoms, mais aussi les noms complets et les dates et lieux de naissance et de mort. En septembre 2019, j’ai rendu visite à mon grand-oncle et ma grand-tante1 qui m’ont donné de nombreux documents qui mêlent récits sur la branche Sabouraud (entre autres) et travail de généalogie.

Clarification de la chaîne généalogique

Ces documents me permettent de savoir dans quel contexte sont produites les archives que j’ai trouvées et comment lier entre eux les noms rencontrés dans les textes. En discutant avec mon grand-oncle, j’ai pu par exemple valider mon hypothèse selon laquelle Gilberte Sabouraud était l’autrice des notes quotidiennes de 1917.

Tout ceci est complété par des portraits et des photos (heureusement numérisés !) qui ajoutent encore un peu de vie aux récits. Par exemple, dans la maison où se trouvaient les archives, une maison qui fut un temps occupée par la famille Eugène Sabouraud, j’ai toujours vu trôner dans le salon les portraits d’Eugène et Suzanne :

Alors, prêt à m’accompagner dans leurs archives ?

  1. La sœur de ma grand-mère, elle aussi descendante de Sabouraud, donc. []

Avant Propos

Ce projet a débuté en juillet 2019. À ce moment-là, je profite de mon passage dans la région de Cognac, dans une maison familiale ayant appartenu à mes grands-parents, pour feuilleter les archives de mon grand-père, disparu en 2008. Tous ses classeurs de généalogie ont été rangés dans un grand coffre, stocké dans le salon.

Quand j’étais plus jeune, mon grand-père aimait partager avec nous des histoires familiales qu’il avait trouvées en épluchant des kilomètres d’archives alsaciennes, avec son frère. En juillet 2019, j’ai comme intention de continuer une partie de ses recherches et j’essaie alors d’évaluer la tâche d’inventaire et de tri par laquelle il me semble nécessaire de commencer. Je suis à la recherche de pistes laissées inexplorées.

N’ayant que deux jours devant moi avant mon retour en région parisienne, je me contente de feuilleter les classeurs : je prends mes marques en somme. Et j’en profite pour jeter un œil à d’autres archives rangées dans la maison. J’ai notamment sous les yeux un second coffre beaucoup moins rempli mais dont le contenu titille ma curiosité. Ce que je sais de ce qu’il contient, c’est que ce sont « des vieux papiers » qui ont été sauvés du feu, m’a-t-on dit, par mon grand-père, il y a longtemps, lorsqu’un grand ménage de printemps dérapa en autodafé d’archives familiales.

J’y trouve quelques affiches, des carnets et des livres et trois gros volumes pleins de cartes postales anciennes. Cette collection de cartes postales attire tout de suite mon attention car même si plusieurs sont vierges, je m’aperçois rapidement qu’un bon tiers, au moins, contient de la correspondance datée de la fin du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. Comme pour les archives de mon grand-père, je manque de temps pour m’occuper de ces trois volumes.

Pourtant, je ressens une urgence à « faire quelque chose » de cette collection qui paraît si fragile. Les albums sont abimés, un peu moisis sur les couvertures, et comme la maison est vieille et humide, on sent vite que les doigts se chargent de poussière et d’humidité quand on manipule les cartes. J’ai très envie de partager cette collection avec ma famille : les images qu’elle contient mais aussi ce qu’elle révèle des relations sociales de mes ancêtres, dont plusieurs noms me sont familiers. Et ça tombe bien, car mettre en valeur un fonds patrimonial pour le communiquer au plus grand nombre, je sais faire !

Je décide donc de rentrer à Paris en emportant la collection de cartes postales, que j’ai sorties de leurs albums, mais aussi plusieurs carnets qui m’ont paru intéressants. Je sais qu’ils datent de la fin du XIXe siècle ou de la période de la Première Guerre mondiale. Je me dis que je prendrai plus tard le temps d’analyser tout cela de plus près.

Me voilà rentrée à Paris une semaine plus tard, chargée de vieux papiers qui sentent le moisi et la Charente. Le projet des vieux papiers du grenier peut commencer !

Un aperçu des archives familiales charentaises

Les vieux papiers du grenier

« Les Vieux Papiers du Grenier » est un projet de blog pour présenter l’ensemble des traitements employés pour valoriser un fonds d’archives familiales. On y parle dont d’outils et de méthodes mais aussi y sont aussi publiés des conseils et des retours d’expérience.

Bien que personnel, le fond à l’honneur sert d’exemple pour montrer ce qu’il est possible de « faire-maison » en s’inspirant des traitements mis en œuvre dans le cadre de projets de recherche en humanités numériques de plus grande ampleur (numérisation, transcription, extraction d’information, création de base de données, …).

Enfin, ce blog accueillera également les retours d’expérience d’autres personnes impliquées dans des projets similaires avec leurs propres archives familiales.


« Les Vieux Papiers du Grenier » is a blog project dedicated to sharing all the processes at hand to promote a family’s archive. Here, we talk about tools and methods, but also publish advice and feedback.

Although personal, the collection is used as an example to show how to « home-process » such sources, taking inspiration from greater research projects in the field of digital humanities (digitization, transcription, information d’information, database creation, etc.).

Additionally, this blog will host feedback from other individuals involved in similar projects with their own family’s archive.