Avant Propos

Ce projet a débuté en juillet 2019. À ce moment-là, je profite de mon passage dans la région de Cognac, dans une maison familiale ayant appartenu à mes grands-parents, pour feuilleter les archives de mon grand-père, disparu en 2008. Tous ses classeurs de généalogie ont été rangés dans un grand coffre, stocké dans le salon.

Quand j’étais plus jeune, mon grand-père aimait partager avec nous des histoires familiales qu’il avait trouvées en épluchant des kilomètres d’archives alsaciennes, avec son frère. En juillet 2019, j’ai comme intention de continuer une partie de ses recherches et j’essaie alors d’évaluer la tâche d’inventaire et de tri par laquelle il me semble nécessaire de commencer. Je suis à la recherche de pistes laissées inexplorées.

N’ayant que deux jours devant moi avant mon retour en région parisienne, je me contente de feuilleter les classeurs : je prends mes marques en somme. Et j’en profite pour jeter un œil à d’autres archives rangées dans la maison. J’ai notamment sous les yeux un second coffre beaucoup moins rempli mais dont le contenu titille ma curiosité. Ce que je sais de ce qu’il contient, c’est que ce sont « des vieux papiers » qui ont été sauvés du feu, m’a-t-on dit, par mon grand-père, il y a longtemps, lorsqu’un grand ménage de printemps dérapa en autodafé d’archives familiales.

J’y trouve quelques affiches, des carnets et des livres et trois gros volumes pleins de cartes postales anciennes. Cette collection de cartes postales attire tout de suite mon attention car même si plusieurs sont vierges, je m’aperçois rapidement qu’un bon tiers, au moins, contient de la correspondance datée de la fin du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. Comme pour les archives de mon grand-père, je manque de temps pour m’occuper de ces trois volumes.

Pourtant, je ressens une urgence à « faire quelque chose » de cette collection qui paraît si fragile. Les albums sont abimés, un peu moisis sur les couvertures, et comme la maison est vieille et humide, on sent vite que les doigts se chargent de poussière et d’humidité quand on manipule les cartes. J’ai très envie de partager cette collection avec ma famille : les images qu’elle contient mais aussi ce qu’elle révèle des relations sociales de mes ancêtres, dont plusieurs noms me sont familiers. Et ça tombe bien, car mettre en valeur un fonds patrimonial pour le communiquer au plus grand nombre, je sais faire !

Je décide donc de rentrer à Paris en emportant la collection de cartes postales, que j’ai sorties de leurs albums, mais aussi plusieurs carnets qui m’ont paru intéressants. Je sais qu’ils datent de la fin du XIXe siècle ou de la période de la Première Guerre mondiale. Je me dis que je prendrai plus tard le temps d’analyser tout cela de plus près.

Me voilà rentrée à Paris une semaine plus tard, chargée de vieux papiers qui sentent le moisi et la Charente. Le projet des vieux papiers du grenier peut commencer !

Un aperçu des archives familiales charentaises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.