Cartes postales anciennes et semi-modernes

Pour voir la liste des documents présentés c’est ici.

La collection de cartes postales, par laquelle je termine cette longue présentation des documents, est l’ensemble qui a le plus rapidement attiré mon attention : les trois albums entre lesquelles sont réparties les cartes occupent beaucoup de place, et une carte postale est par nature un objet qui attire l’œil.

Trois albums de cartes postales

Les albums sont à l’évidence anciens et abîmés mais ce sont de beaux objets, avec des couvertures en tissu évoquant des motifs de style art nouveau : deux motifs floraux identiques et un motif japonisant. A l’intérieur, les pages sont ornées de décorations imprimées à l’encre gris-vert du même style. La couleur des couvertures s’est certainement estompée, elle a peut-être été grise ou bleue ou même verte par le passé. Le tissu est très abîmé, attaqué par la moisissure par endroits.

C’était la première fois que je voyais ce genre d’albums de cartes postales. Ils sont pourtant légions sur les sites de revente d’objets anciens, et comportent presque tous les mêmes matériaux de fabrication, le même tissu bleu-gris et les mêmes décors floraux. En somme, une fois entré dans l’univers de la cartophilie, ces albums n’ont pas grand chose d’exceptionnel. Pourtant, je n’ai pas réussi à trouver davantage de documentation sur l’éditeur de ces albums. Étant donné l’histoire de la pratique de la collection de cartes postales, en plein essor dans les premières décennies du  XXe siècle, et le style des motifs, je doute peu que ces albums sont antérieurs aux années 1920.

Dans deux de ces albums, les cartes étaient parfaitement rangées, chacune trouvant sa place dans l’un des quatre emplacements prévus à chaque recto de page. Dans le troisième, les cartes étaient simplement glissées par paquets entre deux pages. En juillet 2019, lorsque j’ai emporté la collection de cartes à Paris, j’ai dû laisser derrière moi ces volumes qui étaient trop lourds, trop abîmés et trop poussiéreux. J’ai sorti toutes les cartes de leurs albums, tout en formant trois groupes de manière à pouvoir les remettre en place plus tard.

Panorama de la collection

Le contenu des albums est très hétérogène, avec des datations allant de la fin de la décennie 1880 jusqu’aux années 1950, bien qu’une majorité de la collection date d’avant 1920. Les cartes sont pour la plupart illustrées par des photographies en noir et blanc, avec des exceptions : des illustrations imprimées en quadrichromie ou bien des impressions sépias et même, rarement, des photographies insérées directement dans le carton. On y trouve beaucoup de paysages, mais aussi des portraits, des monuments, des reproductions de tableaux ou des reconstitution dessinées d’événements historiques.

J’avais, rapidement, estimé que la collection rassemblait quelques 400 cartes. En réalité, après un long processus de numérisation sur lequel je reviendrai dans un prochain billet, il s’avère que le lot est constitué d’un total de près de 990 cartes.

Toutes n’ont pas été envoyées : une grande majorité a sûrement été achetée ou offerte sans passer par voie postale. Elles sont un peu difficiles à dater, faute de cachet, mais il existe des indices matériels sur lesquels s’appuyer : la mise en page (une ou deux zones) et la couleur du carton de recto (blanc, vert, rouge, etc), les crédits apposés par l’éditeur qui datent parfois le clicher ou l’autorisation de diffusion accordée par l’autorité, etc. Sur plusieurs cartes, les timbres ont été arrachés, emportant au passage le cachet de la Poste qui permettait la datation.

Les cartes issues de correspondances sont adressées à divers membres de la famille Sabouraud (parfois aussi à des descendants ou à des proches). Elles n’ont donc pas toute le même destinataire – ce qui aurait permis d’identifier l’auteur ou l’autrice de la collection. Ceci laisse penser qu’il pourrait s’agir d’un album de cartes postales tenu en famille. Les nombreuses cartes italiennes pourraient avoir été rapportées par le fils aîné, Max, parti en campagne dans le nord de l’Italie durant la Grande Guerre. Peut-être Eugène Sabouraud rapportait-il lui aussi des cartes de ses déplacements.

Mosaïques de cartes postales, recto et verso
Aperçu des cartes postales numérisées

Perspectives

Cette collections m’inspire plusieurs projets :

  1. Dans un premier temps, il s’agirait de construire une visionneuse qui permettrait de découvrir les illustrations présentes dans la collection.
  2. J’aimerais par ailleurs analyser la correspondance en détail de manière à identifier les destinataires et, peut-être, les expéditeurs, ainsi que les relations entre eux.
  3. Il s’agirait aussi de lire, tout simplement, cette correspondance qui décrit, parfois en détail, des moments de vie.
  4. Enfin, je pourrais également m’amuser à croiser les paysages du début du siècle immortalisés sur ces cartes avec ceux d’aujourd’hui.

Ces projets supposent de numériser l’ensemble de la collection : pour pouvoir la présenter en ligne d’une part, et pour faciliter la lecture et la transcription d’autre part. Dans la perspective de construire une visionneuse, j’établirai une base de données qui permettra de croiser les cartes en fonction des lieux auxquels elles renvoient, des dates auxquelles elles ont été éditées et/ou envoyées, ou encore en fonction des personnes associées à ces cartes.

Le chantier sur la collection de cartes postales prend une grande ampleur pour une seule personne. C’est l’ampleur de ce travail, qui me prendra plusieurs années, qui m’a motivée à tenir ce carnet en ligne afin de garder le projet actif tout au long de sa réalisation.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.