Agenda et Annuaire de 1920

Pour voir la liste des documents présentés c’est ici.

Le titre complet de ce volume est en réalité : Agenda et Annuaire de la Magistrature, du Barreau, du Notariat, des officiers ministériels et de l’enregistrement : France, Algérie, Colonies, n°74 (1920).

Comme l’annuaire de 1872, l’agenda-annuaire de 1920 appartenait à Eugène Sabouraud. J’y ai trouvé beaucoup plus de texte « d’origine » que dans celui de 1872 qui, comme je le présentais dans mon dernier billet, contient essentiellement des notes datant de 1917, rédigées par la fille cadette d’Eugène Sabouraud, Gilberte.

Dans la section « agenda » du tome de 1920, on trouve avant tout des brouillons de lettres liées aux affaires d’Eugène Sabouraud. Pour la plupart, ce sont des courriers destinés à des confrères ou a des clients (on peut suivre l’évolution de certaines affaires au fil des brouillons) mais certains courriers sont aussi adressés à son fils, Max, qui habite alors en région parisienne. La plupart du temps, les brouillons sont précédés de l’adresse et/ou du titre du destinataire, ce qui permet d’envisager un projet de reconstitution du réseau épistolaire révélé par cet agenda.

 

Eugène est âgé en 67 ans en 1920, je m’interroge donc sur le déroulé de la fin de sa carrière : outre la date de son décès en 1925, je n’ai pas d’information sur la vie d’Eugène Sabouraud passé 1901. Analyser les affaires qu’il traite en 1920, et croiser cela avec d’éventuelles archives trouvées aux Archives Départementales de Charente me permettrait d’en savoir davantage.

 

Outre le contenu manuscrit de cet agenda-annuaire, sa matérialité est intéressante (il est tout de même très abimé). Comme beaucoup d’annuaires administratifs, il est plein de publicités pour diverses fournitures, et il contient de nombreuses sections relatives aux textes de lois encadrant la reconstruction des territoires français après la Guerre.

J’ai conscience en outre que la section annuaire représente un intérêt pour des projets fondés sur l’analyse des réseaux administratifs et professionnels. C’est d’autant plus le cas que l’agenda fait partie d’une longue série de publications annuelles, puisqu’il en est le 74e volume. On trouve d’ailleurs sur Gallica les numérisations des années 1870 à 1912, presque sans interruption. Après avoir mentionné ce document sur Twitter en 2019, j’avais même reçu une demande de numérisation portant sur quelques pages de l’annuaire pour l’Algérie !

En 2019, j’ai en effet évoqué ce carnet sur Twitter car j’y ai trouvé, coincé entre la couverture et la page de garde, deux grandes photos panoramiques d’un défilé militaire sur lesquelles j’ai tenté d’en apprendre plus :

Malheureusement, à ce jour, mystère reste entier !

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.