Journal des notaires de 1892

Pour voir la liste des documents présentés c’est ici.

À l’inverse du carnet d’écolier, cet annuaire-agenda de 1892 est sûrement l’un des documents les plus enthousiasmants de tout l’ensemble. Sachant qu’Eugène Sabouraud était avocat à Cognac depuis 1882, il aisé de l’identifier comme propriétaire original.

Les notes manuscrites sont toutes rédigées sur les pages de la section « agenda ». Celles de 1892 sont faciles à reconnaître car elles sont prises à l’encre. Il y en a pourtant peu de cette époque car l’essentiel du contenu manuscrit est rédigé au crayon sous la forme de notes en sténographie et de textes rédigés. Une lecture attentive de quelques pages permet de dater rapidement cette seconde époque d’écriture : 1917.

L’auteur, ou plutôt l’autrice, des notes de 1917 semble être Gilberte Sabouraud. Elle écrit en suivant les dates de l’agenda : le samedi 12 mars 1892, date où commencent les passages rédigés, lui sert ainsi à rendre compte de sa journée du lundi 12 mars 1917. Dans tout l’agenda, elle a d’ailleurs corrigé le nom du jour de la semaine pour qu’il corresponde à l’année 1917.

Photographie de Gilberte Sabouraud adulte
Gilberte Sabouraud

Dans ses notes, elle parle autant de l’actualité politique nationale et internationale que de son quotidien et de celui de sa famille. On y lit sa frustration lorsque l’armée allemande progresse ou bien au contraire son enthousiasme lorsqu’une percée alliée fait reculer le front, ou encore ses inquiétudes au sujet de son frère Max qui retrouve sa famille pendant ses permissions et sa surprise devant les révoltes russes d’octobre et l’arrestation de la famille impériale. Pour ma part j’ai encore beaucoup de pages à lire !

N’ayant jamais appris la sténographie, je ne suis pas encore parvenu à déchiffrer les nombreux passages en notes rapides. La manière dont ils s’articulent avec le reste des notes de 1917 n’est pas claire car il est évident qu’ils sont rédigés dans les espaces blancs laissés entre les notes rédigées. Datent-ils eux aussi de 1917 ?

Dans un premier temps, j’ai naïvement envisagé qu’il pouvait s’agir de passages « codés » complétant le reste du texte. J’étais vraiment très curieuse de savoir ce qu’ils contenaient ! En observant de plus près, j’ai repéré des séparations (un trait horizontal tiré sur la largeur de la page) signalant le début de nouveaux passages, par ailleurs numérotés. Cette numérotation n’est pas régulière sur tout le registre. En comparant les débuts de passage, je me suis rendu compte qu’il s’agissait tout le temps des mêmes symboles. J’ai donc fini par pencher pour l’hypothèse d’exercices de sténographie. Reste, pour le comprendre, à identifier quel système de sténographie est utilisé… pour apprendre à le lire !

Montage de trois extraites de notes sténo similaires
Sur ce montage, on voit qu’un même passage est répété plusieurs fois.

Pour mettre en valeur l’agenda et partager avec ma famille cet épisode de vie de mon arrière-grand-mère, je veux transcrire la totalité des notes manuscrites. Comme les pages et les marques de crayons à papier sont fragiles, j’ai choisi de commencer par les numériser. Cela facilitera au passage le travail sur les notes en sténo, que je vais pouvoir comparer plus rapidement. Pour la transcription, je vais tester des outils de transcription manuelle ou automatique ; une stratégie qui fera l’objet de futurs comptes-rendus !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.